« Je m’appelle François, je suis le père de Thierry

... Mon fils a fait un AVC le 31 août 2010, il est resté 20 jours dans la coma. Sa rééducation ne se passant pas pour le mieux il a fallu le reprendre à la maison rapidement avec l’aide des auxiliaires de vie de TCA. Toutefois notre avancée en âge nous imposait d’envisager un autre projet de vie pour Thierry. Un essai en foyer n’a pas été satisfaisant et la liste d’attente était considérable. Nous avons trouvé grâce à Alter Insertion une solution d’insertion en milieu ordinaire dans la maison collective des “Colonnes” et en sommes ravis... »



" Je m’appelle Serge, je suis le frère de Nicole

... Ma sœur a fait une méningite mal diagnostiquée à l’âge de 3 ans. Son médecin et mes parents n’ont pu constater les lésions cérébrales qu’à son adolescence. On se rend compte alors qu’elle n’arrivera pas à suivre un cursus scolaire ordinaire. Elle trouve toutefois un emploi dans un ESAT en tant qu’ouvrière puis, plus tard, en tant que personne handicapée. Elle vit chez nos parents très âgés qui l’emmènent partout avec eux. A sa retraite elle bénéficie de l’assistance de TCA qui nous oriente vers Alter Insertion. Ces derniers nous proposent une solution de logement à la Maison Flammarion qui ouvre à peine. Peu de temps après notre père décède mais désormais Nicole est en sécurité et elle s’épanouit pleinement dans cette petite communauté..."



Vous trouverez ici des renseignements utiles pour intégrer les différents dispositifs logement :



1. Expression d’un choix et liberté de vivre en milieu ordinaire 

 

Dans la mesure où la situation ne relève pas d’une urgence relative à la situation familiale, le projet doit être préparé avec les intéressés et l’intégration en maison fait l’objet d’un choix de la famille et de la personne concernée.

 

Les demandes sont ensuite analysées par les partenaires médico-sociaux et autres membres des commissions d’intégration. 

 

La caractéristique du dispositif logement est de permettre à terme l’intégration d’une pluralité de situations, du fait de la graduation des réponses apportées, qu’il s’agisse du logement ou de l’aide humaine. Ainsi, les logements proposés peuvent aller de la maison totalement adaptée pour personnes entièrement dépendantes, jusqu’à l’appartement situé dans le diffus, en passant par les appartements regroupés, ou la maison familiale classique. 

 

En ce qui concerne l’aide humaine mise en place par les services partenaires, la recherche de la meilleure combinaison des ressources sera toujours privilégiée pour assurer la qualité des prestations et leur continuité viagère. Dans tous les cas il s'agira d'avoir recours à un service prestataire spécialisé de type T.C.A. (Tout Cérébrolésé Assistance).



2. Population Cible 

 

Le dispositif sera à la disposition des personnes handicapées :

  • Ayant obtenu le statut de Personne Handicapée avant 60 ans, résidant prioritairement dans le département d'implantation du dispositif, et éligibles à la PCH ;
  • Dont le maintien au domicile est risqué ou rendu impossible de par l’âge ou la situation de santé des aidants familiaux ou de par son isolement ;
  • Ou dont le projet de vie en sortie d'établissement médico-social est d'accèder au logement en milieu ordinaire dans des conditions d'assistance viagère sécurisées ;
  • De handicap mental modéré ou atteintes de cérébrolésions, compatibles avec une vie en petit collectif de 4 ou 5 personnes ;
  • Stabilisées sur le plan médical (ne nécessitant pas de soins médicaux spécifiques), sans comitialité résistante, ni diabète complexe ou pathologie intercurrente. Les pathologies chroniques sont acceptées si elles sont sans complications ou sans nécessité de recours itératifs à des hospitalisations

 



« Nous sommes les parents de Maryse

... Notre fille a 64 ans et souffre d’un handicap mental depuis sa naissance. Jusqu’à l’âge de 30 ans elle est restée seule à notre domicile toute la journée, puis après elle a travaillé en ESAT jusqu’à sa retraite. A ce moment-là nous bénéficions de l’aide des auxiliaires de vie de TCA à notre domicile. Nous essayons de trouver une solution durable à Maryse, car nous ne serons pas toujours là. Il y a un an, elle a emménagé dans la Maison de Flammarion avec le soutien d’Alter Insetion. C’est un soulagement de la savoir entre de bonnes mains... »